Yannick Rousselet / Le souffle du vent

 

Le souffle du vent c’est la caresse fraiche sur le visage ou sur le corps de la femme au bord de l’eau, c’est l’herbe qui ondule, les vagues qui roulent les galets le long des plages, c’est le vol du papillon symbole de fragilité et de beauté.

Le souffle du vent c’est aussi le transport de particules radioactives porteuses de maladie, de souffrance et de mort invisibles. 

Lydie au travers de son art maitrisé m’a démontré que l’on peut aborder cette grave question sous la forme de la poésie ou la femme belle et porteuse de ce message d’espoir enveloppée de ses papillons est confrontée à la dure réalité de l’industrie nucléaire du monde et ses conséquences désastreuses. 

Cette forme originale d’expression m’a envouté. 

Le malaise provoqué par l’ambiguïté de la confrontation de l’esthétisme et du mal rodant m’a convaincu de donner de mon temps, de mon expertise et de mon énergie, pour aider Lydie dans sa quête de rendre visible et palpable ce que nos sens ne nous ont pas permis de détecter. Notre devoir de montrer de dénoncer, l’inodore, l’incolore de la radioactivité latente dans notre environnement si fragile pour que demain nos enfants, nos petits enfants puissent encore regarder le vol du papillon.